La Réduction mammaire

L’hypertrophie mammaire est définie par un volume de seins trop important, notamment par rapport à la morphologie de la patiente. Cet excès de volume est en général associé à un affaissement des seins (ptose mammaire) et parfois à un certain degré d ‘asymétrie. L’hypertrophie mammaire implique presque toujours un retentissement physique et fonctionnel (douleurs du cou, des épaules et du dos, gêne pour la pratique des sports, difficultés vestimentaires). Les conséquences psychologiques sont aussi très importantes.
L’intervention chirurgicale a pour but de réduire le volume des seins, de corriger la ptose et une éventuelle asymétrie, afin d’obtenir deux seins harmonieux en eux-mêmes et par rapport à la morphologie de la patiente (deux seins réduits, ascensionnés, symétrisés et remodelés). Mais, elle permet aussi de diminuer ou d’éliminer la symptomatologie associée au poids des seins. Effectivement, beaucoup de patientes souffrent de douleurs situées au niveau de la nuque, cou, épaules ou inter scapulaires. De même, des problèmes cutanés dans le sillon sous mammaire sont souvent observés.
Une plastie mammaire pour hypertrophie peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà pendant toute la durée de la vie.
Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible, mais on conseille d’attendre au moins six mois après l’intervention.
Néanmoins, il faut retenir que l’allaitement peut être difficile lors d’une correction de ptose et qu’il peut s’avérer impossible lors d’une réduction mammaire (coupure des canaux galactophores).
Le risque de survenue d’un cancer n’est pas augmenté par cette intervention.
Ces troubles justifient la prise en charge par l’Assurance Maladie.

Loading