Les blepharoplasties

Les Blépharoplasties désignent les interventions de chirurgie esthétique des paupières qui visent à supprimer les disgrâces héréditaires ou celles dues à l’âge.
Elles peuvent concerner les deux paupières supérieures ou inférieures, ou encore les quatre paupières à la fois.
Une blépharoplastie peut être réalisée seule ou être associée à une autre intervention de chirurgie esthétique du visage (lifting temporal, lifting frontal, lifting cervico-facial), voire une thérapeutique médicochirurgicale (laserbrasion, peeling, dermabrasion). Ces gestes sont susceptibles d’être effectués au cours de la même intervention ou lors d’un deuxième temps opératoire.

La blepharoplastie superieure:

Une blépharoplastie se propose de corriger les signes de vieillissement présents au niveau des paupières et de remplacer l’aspect ” fatigué ” du regard par une apparence plus reposée et détendue.
Les imperfections les plus courantes sont les suivantes:
Paupières supérieures lourdes et tombantes avec excès de peau formant un repli plus ou moins marqué. Un petit pli peut, avec le temps, provoquer un affaisement de la paupière sur les cils et gêner la visibilité. Beaucoup de patients ont les yeux fatigués ou sont toujours obligés de ” soulever ” leurs sourcils afin de mieux voir.Parfois, ce pli situé au niveau de la paupière supérieure n’est pas causé par un excès de peau de la paupière elle-même, mais par un affaissement des sourcils et/ou front créant ainsi un pseudo-excès cutané au niveau de la paupière supérieure Dans ce cas, un lifting des sourcils ou lifting frontotemporal est conseillé.

La Blepharoplastie inferieure:

Les imperfections les plus courantes sont les suivantes:
Paupières inférieures affaissées et flétries ” creusées ” avec petites rides horizontales consécutives à une distension cutanée.
Hernies de graisse, responsables des ” poches sous les yeux ” au niveau des paupières inférieures ou des paupières supérieures “bouffies”.
L’intervention vise à corriger ces disgrâces de façon durable, en supprimant chirurgicalement les excès cutanés et musculaires ainsi que les protrubérances graisseuses, et ce, bien sûr, sans altérer les fonctions essentielles des paupières.
Il faut noter qu’il peut exister de nombreuses autres altérations, qui ne pourront être corrigées qu’en faisant appel à des techniques plus complexes qu’une simple blépharoplastie classique, ou en ayant recours à des procédés chirurgicaux complémentaires.
Le ptosis ou chute du bord de la paupière avant la pupille peut constituer un problème complémentaire. Ceci se caractérise par une longueur trop importante du muscle releveur des paupières ou à un problème de sa commande nerveuse. Dans ce cas précis , le muscle pourra être raccourci pour procurer à la paupière une meilleure position de repos.
Dans le cas de paupières ” creuses “, une technique plus compliquée est nécessaire. Elle peut être réalisée par une transposition de graisse ou par un lifting local de la joue.
L’affaissement du front et de la chute des sourcils, des rides ” du lion ” entre les sourcils, des rides de la patte d’oie au coin des yeux, des ” cernes “, des yeux ” creux “, des yeux ” tristes ” avec coin des yeux tombants, ainsi que des petites imperfections de surface de la peau (cicatrices, taches) peuvent constituer d’autres problèmes.
L’intervention pratiquée aussi bien chez la femme que chez l’homme est couramment effectuée dès la quarantaine. Toutefois, elle est parfois réalisée beaucoup plus précocement, lorsque les disgrâces sont constitutionnelles (facteurs héréditaires) et non pas liées à l’âge, comme certaines ” poches graisseuses “.
Un oedème transitoire peut s’installer au niveau des paupières supérieures et inférieures consécutivement à une fatigue, allergie au pollen, rhume, pathologies nasales… Ceci ne peut pas être corrigé par la chirurgie. Une blépharoplastie ne corrige que des imperfections permanentes.

Loading