Chirurgie du sein

Il existe différentes options :

  • augmentation du volume des seins
  • reduction du volume des seins
  • lifting des seins
  • lifting des seins + augmentation simultané ou différé
A partir de
3.200
Euros
Loading

L’Augmentation mammaire

L’hypoplasie mammaire est définie par un volume de seins insuffisamment développé par rapport à la morphologie de la patiente. Elle peut exister d’emblée (petits seins depuis la puberté) ou apparaître secondairement, à la suite d’un amaigrissement important ou d’une grossesse suivie d’allaitement. Elle peut être isolée ou associée à une ptose, c’est-à-dire un affaissement de la glande et une distension de la peau.
Une plastie mammaire d’augmentation consiste à corriger le volume jugé insuffisant des seins par la mise en place d’implants derrière la glande mammaire. Tous les implants mammaires actuellement utilisés sont composés d’une enveloppe et d’un produit de remplissage. L’enveloppe est toujours constituée de silicone élastique (élastomère de silicone). Elle peut être lisse ou rugueuse. En ce qui concerne les produits de remplissage, seuls le sérum physiologique et le gel de silicone sont autorisés en France depuis près de 40 ans. Cette chirurgie à but esthétique ne peut être prise en charge par l’Assurance-Maladie.

Loading

La Réduction mammaire

L’hypertrophie mammaire est définie par un volume de seins trop important, notamment par rapport à la morphologie de la patiente. Cet excès de volume est en général associé à un affaissement des seins (ptose mammaire) et parfois à un certain degré d ‘asymétrie. L’hypertrophie mammaire implique presque toujours un retentissement physique et fonctionnel (douleurs du cou, des épaules et du dos, gêne pour la pratique des sports, difficultés vestimentaires). Les conséquences psychologiques sont aussi très importantes.
L’intervention chirurgicale a pour but de réduire le volume des seins, de corriger la ptose et une éventuelle asymétrie, afin d’obtenir deux seins harmonieux en eux-mêmes et par rapport à la morphologie de la patiente (deux seins réduits, ascensionnés, symétrisés et remodelés). Mais, elle permet aussi de diminuer ou d’éliminer la symptomatologie associée au poids des seins. Effectivement, beaucoup de patientes souffrent de douleurs situées au niveau de la nuque, cou, épaules ou inter scapulaires. De même, des problèmes cutanés dans le sillon sous mammaire sont souvent observés.
Une plastie mammaire pour hypertrophie peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà pendant toute la durée de la vie.
Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible, mais on conseille d’attendre au moins six mois après l’intervention.
Néanmoins, il faut retenir que l’allaitement peut être difficile lors d’une correction de ptose et qu’il peut s’avérer impossible lors d’une réduction mammaire (coupure des canaux galactophores). Sauf, avec la technique ” central mound-pédicule postérieur ” qui permet l’allaitement après une telle intervention.
Le risque de survenue d’un cancer n’est pas augmenté par cette intervention.
Ces troubles justifient la prise en charge par l’Assurance Maladie.

Loading

Le Lifting des Seins

La ptose mammaire est définie par un affaissement de la glande et une distension de la peau qui l’enveloppe. Le sein est en position trop basse avec une perte de projection, élongation et fréquemment “vidé” dans sa partie supérieure. Dans certain cas, les mamelons “plongent” complètement vers le bas du sein.
La ptose peut exister d’emblée mais survient le plus souvent après un amaigrissement important, fluctuations de poids ou après une grossesse suivie d’allaitement. Elle peut être isolée : on parle alors de ptose pure. Mais elle est souvent associée à un certain degré d’hypertrophie mammaire. On peut, à l’inverse observer, une ptose d’un sein trop petit (hypoplasie ou hypotrophie mammaires).
L’intervention chirurgicale a pour but de remettre l’aréole et le mamelon en bonne position, de reconcentrer, de remonter la glande et de retirer la peau excédentaire afin d’obtenir deux seins harmonieux, joliment galbés et remontés.
Une plastie mammaire pour ptose peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà pendant toute la durée de la vie.
Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible, mais on conseille d’attendre au moins six mois après l’intervention.
Un allaitement est souvent difficile en cas de correction de ptose. Par contre, en cas d’une réduction mammaire il ne faut pas oublier qu’il sera impossible d’allaiter.
Le risque de cancer n’est pas augmenté par cette intervention.
Ces défauts esthétiques ne justifient pas une prise en charge par l’Assurance-Maladie.

Loading

L’augmentation mammaire combiné avec un lifting des seins

Cette intervention combine 2 interventions et peyut être réalisé en un temp sou différée.
En cas d’étager des deux interventions, i lest préférable de faire le lifting avant l’augmentation des seins.

Loading

Gynécomastie

Une gynécomastie est définie par une augmentation du volume de la glande mammaire chez l’homme. Elle correspond à une hyperplasie uni- ou bilatérale. Généralement elle est idiopathique, c’est à dire qu’il n’existe aucune cause à sa survenue ; cependant, dans certains cas elle peut être en rapport avec une production hormonale anormale, ou liée à la prise de certains médicaments. Un bilan est nécessaire afin d’éliminer une cause éventuelle. Ce bilan aura pour but de doser les différentes hormones connues, de rechercher une tumeur testiculaire ou hypophysaire. Une mammographie ou une échographie peut être demandée afin d’analyser la densité de la glande, ou d’éliminer un cancer du sein chez l’homme plus âgé, notamment en cas de forme unilatérale. Si une cause est retrouvée, elle devra faire l’objet d’un traitement spécifique. En effet, lorsqu’une étiologie est retrouvée, le traitement de celle-ci peut permettre une régression plus ou moins complète de la gynécomastie.

L’augmentation du volume mammaire chez l’homme, notamment en période d’adolescence, est souvent mal vécue et peut poser de nombreux problèmes psychologiques. Cette atteinte physique chez l’adolescent, au moment même où il construit son image d’homme, peut entraîner un repli sur lui-même, voire un véritable complexe. De plus, cette gynécomastie peut s’avérer douloureuse.
D’un point de vue anatomique et physiopathologique, la glande mammaire existe chez l’homme normal, mais elle est de type infantile, réduite à un simple bourgeon mammaire. Dans quelques cas, cette glande mammaire peut s e développer si l’environnement hormonal est propice.

Lorsqu’aucune cause n’a été retrouvée et si le patient est gêné, une intervention chirurgicale peut être proposée, à condition que le patient soit en bonne forme physique et psychique.

Loading